headerimage

À L'ORIGINE

Le rêve de Peter Benoit (1898)

Avec l'ouverture de deSingel, l'un des rêves de Peter Benoit (1834-1901) est devenu réalité. En 1867, le compositeur est devenu directeur de la 'Antwerpse Vlaamsche Muziekschool', qui, grâce à ses efforts sans relâche, a acquis la reconnaissance du royaume et est devenue en 1898 le Conservatoire royal de musique flamand. Les idées de Benoit dépassaient l'enseignement et la formation d'artistes: il aspirait à impliquer la population tout entière dans la scène théâtrale et musicale.

Il souhaitait qu'une salle soit instaurée à côté de l'école de musique, où non seulement des étudiants mais aussi le public auraient l'occasion de participer à l'offre artistique et culturelle. Dans ce sens, on retrouve chez Benoit la première impulsion de ce que deviendrait finalement le ''centre artistique international deSingel''.

En 1883, la municipalité d'Anvers a conçu les premiers plans d'un nouveau bâtiment pour le conservatoire, avec une salle de théâtre qui servirait aussi de salle de concert. L'exécution de ces plans a été postposée, et on a "provisoirement" attribué une maison de maître située au Sint-Jacobsmarkt à Benoit. Il faudrait attendre plus de quatre-vingts ans avant la mise en service d'un nouveau conservatoire.

L'architecte Léon Stynen conçoit le Conservatoire d'Anvers (1958)

historiek_Stynen

En 1958, lorsque Flor Peeters dirigeait le conservatoire, le Ministère des Travaux publics a confié à l'architecte Léon Stynen la mission de concevoir un complexe grandiose. En 1964, la première pierre a été posée, et en 1968, le nouveau Conservatoire d'Anvers a pu ouvrir ses portes. La deuxième phase de la construction, avec la salle de concerts, la salle de théâtre et la bibliothèque, s'est fait attendre, entre autre par manque de fonds nécessaires. Jusqu'à ce que le gouverneur de la province d'Anvers, Andries Kinsbergen, suggère d'héberger également la radio 'BRT 2 Omroep Antwerpen' dans le complexe. Les travaux ont été remis en route en 1973.

Le bâtiment est baptisé

Ce sont Nic van Bruggen (1938-1991, poète) et Herbert Binneweg (°1944, créateur) qui ont entre-temps imaginé le nom 'deSingel'. Certains cherchaient un nom du genre de 'centre Peter Benoit'. Mais la préférence a été accordée à un nom neutre, dont le contenu ne serait défini que plus tard. Il ne fait aucun doute que la situation près du Desguinlei, qui fait partie du Singel (la 'ceinture') entourant la ville, a inspiré le nom. Herbert Binneweg, professeur de design graphique à l'Académie Royale des Beaux-Arts d'Anvers, a donné sa forme au nom et au logo de l'époque. À l'instar du bâtiment, les salles ont reçu des noms neutres: les Salles Bleue et Rouge, d'après la couleur des sièges, et la Petite Salle.

Ouverture du 'Centre culturel deSingel' (1980)

Le 4 novembre 1980, les salles ont enfin pu être officiellement inaugurées, en présence du roi Baudouin et de la reine Fabiola. Pour l'architecte Léon Stynen (1899-1990), il s'agissait selon ses propres dires de l'une des missions les plus difficiles de sa longue carrière.

Les salles permettraient aux étudiants du conservatoire, futurs musiciens et acteurs, d'acquérir l'expérience de la scène et de voir des gens de métier à l'œuvre. L'infrastructure présentait un potentiel culturel énorme, qui surpassait de loin les possibilités du conservatoire. C'est pourquoi Eugène Traey, qui dirigeait alors le Conservatoire royal de musique flamand, a pris Frie Leysen à son service le 1er décembre 1979 pour préparer avec lui l'ouverture du complexe de salles.

historiek_opening80

Le roi Baudouin et la reine Fabiola avec Eugène Traey

En 1983, la Communauté flamande a fondé l'asbl autonome deSingel, avec pour missions principales la gestion du bâtiment, le développement d'un programme propre et la location des salles.

DESINGEL DEVIENT UN CENTRE ARTISTIQUE INTERNATIONAL

deSingel lance son propre fonctionnement artistique: théâtre, danse, musique et architecture (1983)

historiekband_bergman

Ingmar Bergman

Au niveau de l'infrastructure, les Salles Bleue et Rouge de deSingel comblaient une lacune en tant que salle de théâtre et de danse avec un équipement à part entière et à capacité modulable, et en tant que salle de concert moderne, qui faisait jusqu'alors défaut à Anvers et en Flandre. Le fonctionnement même de deSingel a permis de combler une deuxième lacune. L'implantation de cette infrastructure allait donner lieu à une nouvelle impulsion artistique pour la Flandre entière.

historiekband_forsythe

William Forsythe

En 1983-1984, pour la première saison avec un programme propre, on a montré de la musique classique, du théâtre et de la danse venant de Belgique et de l'étranger. En 1985, la première exposition d'architecture a ouvert ses portes. Cette combinaison unique de disciplines artistiques au sein d'un même complexe a attiré un public important et diversifié, et a immédiatement attiré l'attention à l'étranger.

historiekband_zacharias

Christian Zacharias

Un grand nombre d'artistes voyaient en deSingel un partenaire idéal pour la présentation de leur travail en Flandre. De grands artistes internationaux, parmi lesquels le réalisateur de théâtre Ingmar Bergman, le chorégraphe William Forsythe, le pianiste Christian Zacharias et le chanteur Olaf Bär, ont choisi deSingel comme première scène en Flandre. Nous avons suivi pas à pas des compagnies flamandes comme De Tijd, Rosas et le 'Nieuw Belgisch Kamerorkest'. Avec la présentation du travail d'OMA, le bureau de l'architecte néerlandais Rem Koolhaas, qui a entre-temps acquis une célébrité internationale, parallèlement aux expositions d'architectes comme Luc Deleu et Aldo Rossi, le ton a été donné pour cette discipline aussi.

historiekband_bar

Olaf Bär

Après trois ans de programme propre, deSingel a reconnu sa fonction de 'fer de lance' par un choix sans compromis en faveur du renouvellement artistique et de la création à niveau européen. Il y avait un rôle en Flandre pour quelques centres qui détecteraient le meilleur travail artistique chez nous et formeraient ainsi éventuellement un tremplin vers la scène internationale, et, inversement, présenteraient des artistes étrangers en Flandre. Des centres culturels internationaux, comme plates-formes pour les arts contemporains dans un contexte international, où des artistes peuvent se mesurer et s'inspirer mutuellement, et où un public intéressé peut les voir à l'œuvre dans un large cadre référentiel.

Reconnu par le gouvernement comme 'le' centre artistique international en Flandre (1990)

Les importants élans internationaux inspirés par deSingel n'ont pas échappé au Gouvernement flamand: en 1990, le ministre de la Culture en fonction, Patrick Dewael, a reconnu deSingel comme 'le' centre artistique international de Flandre. Grâce à une augmentation substantielle des moyens de fonctionnement en 1990, nous avons pu développer le programme et pousser l'internationalisation. Poussé en partie par son fort engagement pour Anvers 93 Capitale Européenne de la Culture - deSingel était le plus important partenaire artistique du projet -, nous sommes devenus l'un des principaux présentateurs et coproducteurs des arts de la scène en Europe, un organisateur de concerts fortement profilé et une référence dans le débat sur l'architecture.

De grands artistes de la scène comme Merce Cunningham, Heiner Müller, Peter Brook, Pina Bausch et William Forsythe ont dorénavant présenté leur œuvre à plusieurs reprises dans la Salle Rouge, à côté de Flamands jouissant d'une réputation internationale tels que Jan Fabre, Anne Teresa De Keersmaeker, Ivo van Hove, Jan Lauwers, Wim Vandekeybus et Alain Platel. Il y a eu des coproductions et créations internationales importantes avec notamment Trisha Brown, Robert Wilson, Christoph Marthaler et Heiner Goebbels. En mettant l'accent tant sur la musique contemporaine, ancienne et la musique de chambre que sur le jazz et la musique du monde, la Salle Bleue a honoré sa réputation de scène de référence internationale où les artistes et ensembles du plus haut niveau comme le Quatuor Arditti, Valery Gergiev, Radu Lupu, Pierre Boulez, Cecil Taylor et Thomas Zehetmair revenaient régulièrement, côtoyant des musiciens nationaux reconnus sur la scène internationale comme Philippe Herreweghe, Jos Van Immerseel, Ictus et le Quatuor Danel. deSingel a vu naître la création mondiale du travail de notamment Elliot Carter, Yannis Xenakis, Luca Francesconi, Harrisson Birtwistle, Kaija Saariaho, Karel Goeyvaerts et Luc Van Hove. On a vu pour la première fois à l'affiche en Flandre des figures de proue comme Norman Foster, Jean Nouvel et Daniel Libeskind, à côté d'architectes flamands de haut niveau comme Stéphane Beel, Paul Robbrecht/Hilde Daem et Xaveer De Geyter, jeunes à l'époque. Pour accompagner les expositions, nous avons lancé une importante série de publications architecturales sous notre propre gestion.

historiek_Cunningham.jpg
historiek_Muller.jpg
historiek_Brook.jpg
Merce Cunningham Heiner Müller Peter Brook
historiek_Bausch.jpg
historiek_Fabre.jpg
historiek_DeKeersmaeker.jpg
Pina Bausch Jan Fabre Anne Teresa De Keersmaeker
historiek_ivovanhove.gif
historiek_Lauwers.gif
historiek_Vandekeybus.jpg
Ivo van Hove Jan Lauwers Wim Vandekeybus
historiek_Brown.jpg
historiek_Wilson.jpg
historiek_Marthaler.jpg
Trisha Brown Robert Wilson Christoph Marthaler
historiek_Goebels.jpg
historiek_ARDITTI_Q.jpg
historiek_Gergiev.jpg
Heiner Goebbels Arditti Quartet Valery Gergiev
historiek_Lupu_Radu.jpg
historiek_Boulez.jpg
historiek_Taylor_Cecil.jpg
Radu Lupu Pierre Boulez Cecil Taylor
historiek_Zehetmair.jpg
historiek_Van_Immerseel.jpg
historiek_Ictus.jpg
Thomas Zehetmair Jos van Immerseel Ictus Kwartet
historiek_Danel_Kwartet.jpg
historiek_Carter.jpg
historiek_Xenakis.jpg
Danel Kwartet Elliot Carter Yannis Xenakis
historiek_Francesconi.jpg
historiek_Birtwistle.jpg
historiek_Goeyvaerts_Karel.jpg
Luca Francesconi Harrison Birtwistle Karel Goeyvaerts
historiek_Van_Hove_Luc.jpg
historiek_Foster.jpg
historiek_Nouvel.jpg
Luc Van Hove Norman Foster Jean Nouvel

historiek_Europa_Utopia.jpgDans les années nonante, nous avons introduit des festivals et événements comme 'Het Theaterfestival' (comme hôte pour la reprise de productions théâtrales flamandes et néerlandaises et comme animateur du programme complémentaire réalisé avec la collaboration du Vlaams Theater Instituut) et 'De Nachten' (un happening de jeunes autour de la musique et de la littérature en collaboration avec Villanella et 5voor12). D'autres festivals uniques ont attiré l'attention sur un genre ou une région: 'De Opera' (créations de théâtre musical exclusivement) et 'Alleen Theater' (sur les monologues au théâtre), 'Azië Centraal' (théâtre d'Asie centrale) et 'Europa/Utopia' (théâtre de l'Europe centrale et de l'Est).

DESINGEL ET UN NOUVEAU MILLENAIRE

"Suite à des années d'expérience et au travail de pionnier fourni, deSingel dispose de compétences uniques qui lui permettent de fonctionner comme 'centre of excellence' en Flandre et d'être aussi reconnu comme tel par le gouvernement.
L'organisation dispose d'une série remarquable d'atouts: plus de 20 ans d'expérience, une autorité artistique reconnue en Belgique et à l'étranger, une position de négociation internationale, l'atteinte d'un public large et un fort esprit d'entreprise associé à un haut degré de compétences en management."


Dans 'Audit in de grote Vlaamse culturele instellingen', Nikè, septembre 2003 - février 2004

Collaborer pour soutenir la production artistique internationale

deSingel fait partie de différents réseaux internationaux, et opère à partir de ceux-ci. De grands festivals, des maisons de production, des salles de concerts, des musées, des compagnies et des orchestres comptent parmi les partenaires de production et de coproduction. Nous avons une forte position internationale. N'oublions pas que les directions artistiques d'un certain nombre de festivals réputés tels que Edinburgh, Melbourne, Ruhr, Holland et Avignon sont non seulement des visiteurs réguliers de deSingel, mais qu'en plus, ils ne tarissent pas d'éloges à propos de notre programme. L'ancien échevin de la culture de la ville d'Anvers, Eric Antonis, a résumé ainsi la position de deSingel : ''Grâce à deSingel, c'est le Holland Festival toute l'année à Anvers.''

La création artistique contemporaine ne fonctionne, à quelques exceptions près, que lorsque plusieurs organisations s'engagent. De grandes productions de danse, de théâtre et de théâtre musical ne peuvent être réalisées que lorsque les moyens de fonctionnement des compagnies sont renforcés par des contributions de coproduction de partenaires qui s'engagent pour une diffusion internationale. Les grands projets musicaux ne sont mis en œuvre qu'avec la garantie d'une tournée internationale. De grandes expositions sont financées à partir de plusieurs pays. Ce mécanisme implique une dépendance de chaque partenaire vis-à-vis des autres : les producteurs vis-à-vis de leurs coproducteurs et acheteurs, les organisations réceptives et coproductrices vis-à-vis des producteurs et des collègues coproducteurs. Ainsi, les risques du volet 'réaliser' sont partagés et 'montrer' au niveau international est rendu possible.

historiek_jesuissan2.jpg

Jan Fabre 'Je Suis Sang'

Si une organisation veut participer à ces réseaux internationaux, un tel engagement est attendu de sa part en tant que coproducteur. Cela s'applique également à deSingel. De plus, ce sont précisément ces réseaux qui nous permettent d'introduire et de soutenir les artistes flamands à un niveau international. Ainsi, l'exposition 'B-Architecten Antwerpen', produite par deSingel et présentée ici au printemps 2004, a été reprise dans le programme de Lille 2004 Capitale Européenne de la Culture. De même, nous avons introduit le travail de Jan Fabre au Festival d'Avignon. La création mondiale de 'Je suis sang', coproduite par deSingel, a eu lieu en 2001 à Avignon. Plus tard, nous avons présenté cette production à deSingel, ce qui a marqué le début d'une tournée mondiale soutenue par le Festival GREC Barcelona et le Festival de Melbourne, partenaires de longue date de deSingel.

Outre les festivals mentionnés ci-dessus, les institutions suivantes comptent parmi nos principaux partenaires dans le réseau de relations international des coproducteurs :

  • Théâtre de la Ville Paris pour les productions de danse internationales, l'œuvre théâtrale de Jan Fabre et les concerts non-occidentaux;
  • Festival Musica Strasbourg pour les créations de musique contemporaine;
  • Festival Montpellier Danse pour les productions de danse internationales;
  • Léonard de Vinci - Opéra de Rouen pour les créations de danse et de théâtre musical contemporains;
  • Arc-en-Rève Bordeaux pour les expositions d'architecture;
  • Rotterdamse Schouwburg pour les créations de théâtre musical contemporain;
  • Holland Festival pour les créations de théâtre, de danse et de théâtre musical;
  • Nederlands Architectuur Instituut pour les expositions d'architecture;
  • Ruhr Triennale pour les créations en arts de la scène;
  • Berliner Festspiele pour les créations en musique et arts de la scène;
  • Tramway Glasgow pour le théâtre international;
  • Wiener Festwochen pour les créations en arts de la scène;
  • Theorem pour les créations théâtrales de l'Europe centrale et l'Europe de l'Est;
  • Festival Zürcher Theaterspektakel pour les créations en arts de la scène;
  • Kunsthalle Zürich pour les expositions d'architecture;
  • Théâtre Vidy-Lausanne pour les créations de théâtre contemporain;
  • Brooklyn Academy of Music (New York) pour les créations en théâtre musical contemporain;
  • Festival des Amériques (Montréal) pour les créations en arts de la scène;
  • Festival RomaEuropa pour les créations d'arts de la scène;
  • toutes les capitales européennes de la culture.

Centre of excellence

deSingel est réputé à l'étranger, où il est considéré comme un 'centre of excellence' parmi les centres d'art européens. Il n'y a en Europe aucun centre qui réalise un fonctionnement comparable sous un seul toit. La plupart du temps, on retrouve des programmes similaires répartis parmi plusieurs centres dans une ville ou un pays. A Paris, en combinant l'offre du Théâtre de la Ville et de la Cité de la Musique, et en y ajoutant le fonctionnement d'un centre comme Arc-en-Rêve à Bordeaux, on obtient un programme complet équivalent. A Rotterdam, il faut pour ce faire allier le Schouwburg, De Doelen et le Nederlands Architectuur Instituut. Le programme du Walker Art Center (Minneapolis, USA) se rapproche de celui de deSingel, si ce n'est que le volet 'classique' de la programmation musicale n'y est pratiquement pas représenté, et que l'accent est mis sur les expositions et la culture plastique.

Œuvres à grande échelle, à la pointe, au-delà des frontières

Au sein de son infrastructure unique, deSingel se donne pour mission de montrer et de coproduire des productions d'arts de la scène à grande échelle, au-delà des frontières. Pour la musique, nous choisissons une sélection pointue d'ensembles de qualité belges et étrangers, et des programmes dans un large éventail de genres. Le point de départ - récemment renouvelé - pour les expositions d'architecture est la frontière entre l'architecture, l'art plastique et l'urbanisme.

La politique artistique de deSingel doit continuer à créer une tension cohérente et productive entre le familier et l'inconnu, entre l'établi et le nouveau, entre le local et l'international, entre l'art et la société. C'est pour cela que l'offre est sans cesse retravaillée, perpétuellement en mouvement. Aux côtés de l'établi et du novateur à grande échelle, nous continuons à rechercher les œuvres expérimentales et à petite échelle dans un cadre international, pour pouvoir ainsi présenter un éventail plus large de la pratique artistique contemporaine. Nous développons des formes de présentation spécifiques, complémentaires à celles qui existent, pour jeter une nouvelle lumière, souvent unique, sur des programmes de grande valeur.

Ainsi, de nouvelles initiatives ne cessent de voir le jour:

  • les happenings de compositeurs à grande échelle, en coopération avec deFilharmonie (où, durant toute une journée, des interprètes internationaux de haut niveau côtoient sur la scène des étudiants du conservatoire avec l'œuvre d'un seul compositeur, comme par exemple Chostakovitch ou Stravinsky);
    historiek_comphappening.jpg
  • le festival de trois jours de musique contemporaine music@venture, en collaboration avec le Festival van Vlaanderen Antwerpen (des ensembles spécialisés de Belgique et de l'étranger inscrivent des créations dans un cadre de référence musical défini par des curateurs comme Luc Van Hove et Jonathan Harvey);
  • le projet 'Curating the Library' (la constitution d'une bibliothèque subjective; des artistes comme Luc Tuymans, William Forsythe, Dirk Braeckman et Thomas Hirschhorn proposent leurs livres préférés; le livres et les enregistrements DVD de leur présentation sont mis dans une bibliothèque pour consultation);
    historiek_ctl_kl.jpg
  • le projet 'Curating the Campus' (un projet où nous laissons des oeuvres d'art d'entre autres Matt Mullican et Rémy Zaugg entrer dans un long dialogue avec le bâtiment);
    historiek_mullican_kl.jpg
  • les happening expérimentaux d'un jour 'dedonderdagen' (une génération d'artistes en pleine recherche comme Der Rote Bereich, Kris Verdonck, Patricia Portela et Tino Sehgal s'engagent dans un dialogue aventureux avec le public);
    historiek_dedonderdagen_kl.jpg
  • les 'Clusters' thématiques pour les jeunes, en collaboration avec Villanella (une série de jours et soirées à thème où un lien est créé entre l'art, la politique et la science).

Multidisciplinaire et international

Les saisons restent constituées d'une offre étendue et sélective de musique, théâtre, danse et architecture. De par la grande envergure, et à cause du mélange des disciplines, nous nous distinguons fortement en Flandre des autres scènes et organisations artistiques. A côté de premières flamandes et de séries de présentations exclusives de productions de haut niveau des arts de la scène internationaux, dont le 'Tambours sur la Digue' d'Ariane Mnouchkines, des artistes flamands réalisent souvent des créations mondiales avec lesquelles ils font ensuite le tour de scènes internationales. Il suffit de penser aux différentes productions des artistes en résidence Jan Fabre et Philippe Herreweghe, ou à l'opéra contemporain 'The Woman who walked into doors' de Het muziek Lod, avec la musique de Kris Defoort et dans une mise en scène de Guy Casiers, où la Beethoven Academie - orchestre de deSingel - , le Quatuor Danel, Dreamtime, la Monnaie et Ro-Theater se sont également engagés. Cette production a été créée en 2001 et est encore montrée sur des scènes internationales.

Institution de la Communauté flamande

Justement par sa dimension unique, internationale, à grande échelle et multidisciplinaire, notre programme est considéré comme complémentaire et nécessaire par rapport à ceux des grands centres d'arts, des maisons d'opéra, des festivals et des musées appartenant au paysage artistique flamand. Il n'y a qu'un seul centre en Flandre à pouvoir jouer ce rôle.
En Belgique, cette position au sein du paysage artistique flamand et international a été reconnue formellement en 2003 par le statut 'd'Institution de la Communauté flamande'. Ces institutions occupent une position spécifique dans le paysage artistique flamand, et sont chargées de missions précises. Ensemble, elles représentent un capital symbolique important pour la communauté. deSingel collabore avec chacune d'entre elles, tantôt sur une base structurelle, tantôt occasionnelle.

DE KUNSTCITY LEEFT!

En automne 2007, on mit en route la nouvelle construction du campus des arts de deSingel, plan architectural ambitieux comprenant des salles de production pour les arts de la scène et la musique, un espace d'exposition, une salle de lecture multi médiale et un artshop, des bureaux pour l'Institut Flamand d'Architecture, un spacieux café-restaurant ainsi que de nombreux locaux pour le Conservatoire. Cette nouvelle construction se voulait à l'image du grand projet de deSingel : la réalisation d'un centre d'arts international et unique. Un lieu où non seulement on montre l'art, mais aussi où il est créé et enseigné.
De nombreux éléments de ce plan furent déjà intégrés dans le fonctionnement. En premier lieu à travers les formations artistiques autonomes: le Conservatoire Royal de la Haute École Artesis pour le théâtre, la musique et la danse, la formation de troisième cycle en arts de la scène a.pass, et le projet Sabbattini, initiative à l'emploi. À côté de cela, on a introduit de plus en plus d'activités encourageant l'interaction entre le programme artistique, la production artistique et la formation, ceci tant pour les étudiants que pour les visiteurs.

Ruée sur deSingel: ouverture avec plus de 15.000 visiteurs

Le vendredi 1 octobre 2010 fut le jour J: en présence de plus de 1.000 invités belges et étrangers, le Ministre-Président flamand Kris Peeters, la Ministre de la Culture Joke Schauvliege ainsi que le Ministre de l'Enseignement Pascal Smet inaugurèrent les nouveaux bâtiments. Le Prince Philippe et la Princesse Mathilde furent les premiers à pouvoir visiter la nouvelle infrastructure, accompagnés par l'architecte Stéphane Beel et de nombreux autres notables. Pas moins de 200 musiciens et danseurs, dispersés dans les salles et classes de la nouvelle infrastructure, présentèrent simultanément 'In C' de Terry Riley. L'apothéose de cette œuvre eut lieu dans le jardin intérieur de deSingel. Ensuite, l'artiste français Antoine Le Menestrel réalisa littéralement un pont aérien sur le site en grimpant du bâtiment existant de Léon Stynen vers la nouvelle construction de Stéphane Beel.
Le samedi 2 octobre, l'ouverture fut célébrée par une grandiose fête artistique proposant un éventail de représentations et de concerts dans toutes les salles et tous les studios de deSingel et dans le Conservatoire Royal de la Haute École Artesis. De 14 h à 3h du matin, de nombreux artistes tant étrangers que belges figuraient au programme, d'Alfred Brendel à Romeo Castellucci, Ivo van Hove, Claude Régy, en passant par Jaap van Zweden.
Le dimanche 3 octobre, la nouvelle construction, conçue par l'architecte Stéphane Beel, constitua le principal pôle d'attraction. Lors du parcours-promenade, les visiteurs ont non seulement pu admirer l'infrastructure transparente de Beel, mais aussi observer dans les nouvelles salles, les studios et les classes, le processus de travail d'environ 500 étudiants du Conservatoire des sections musique, danse et théâtre.

deSingelville, biotope artistique

Tant pour les artistes et les étudiants que pour le public, l'extension de deSingel est un projet plus que réussi. Dans les nouveaux bâtiments, le processus de production et coproduction peut se dérouler beaucoup plus naturellement. Le public peut découvrir le work-in-progress ou la création d'une production. Les étudiants disposent d'une infrastructure d'étude et de répétition à part entière.?Dans le nouveau campus des arts, accompagnement et éducation sont devenus des mots clefs importants. En effet, nous avons toujours estimé qu'il n'était pas seulement important de montrer l'art, mais aussi d'en faciliter la production et de proposer au public différentes formes d'activités d'accompagnement. Nous attachons donc beaucoup d'importance aux workshop et masterclasses publics ou non, aux informations complémentaires dans le cadre des activités artistiques, aux répétitions publiques, aux conférences et colloques. Avec une salle de lecture/bibliothèque qui offre un accès aisé à tout type d'informations sur l'art tant au chercheur qu'au néophyte. Et avec le Grand café de deSingel: un lieu permettant de commenter vos impressions, en savourant tranquillement une petite tasse de café, ou d'échanger vos sentiments au sujet d'une représentation ou masterclass mémorable dans une ambiance amicale et animée.